• Chapitre Introductif - Partie 2

     Croyances pré-historiques chez les Japonais

    Cf. UMEHARA Takeshi (1925-) philosophe ; chercheur en folklore.

    • Anoyo to nihonjin (« L'autre monde » et les Japonais), NHK shuppan, 1996.

    • Umehara Takeshi no jugyô – Bukkyô (Cours de Takeshi Umehara – le Bouddhisme), Asahi shinbusha, 2002.

     

             1 Culte de la Nature 自然信仰

    = .

    Le Shintoïsme à l'origine c'est une religion de la forêt. Les esprits sont omniprésents : l'animisme, le polythéisme. La mer, la rivière, un arbre, un rocher etc peuvent avoir un esprit.


    Torii

    Les "torii" marquent le début d'un territoire d'un kami. Ce sont des endroits chargés d'une sorte d'énergie qu'on peut ressentir. Souvent, on voit un temple shintoïste et un temple bouddhiste côte à côte, car c'était un endroit où il y avait une énergie particulière.

     

     

     

     

    Souvent il y a des temples au bord de la mer car elle représentait le passage vers le monde des morts.

    Shimenawa

     

     

    Les Shimenawa (corde tortillée) marquent un territoire sacré et purifié dans le shintoïsme

     

     

     

    A l'intérieur de grandes villes on peut trouver des forêts vierges, laissées telles quelles par l'humain. Au bout de la forêt il y a un temple shintoïste.
    Forêt vierge au cœur de Kyôto, tadasunomori:

     

    Tadasu no mori

     

     

    = 動物(どうぶつ)

    Les animaux sont les messagers des esprits de la forêt. Dans le folklore le renard est souvent divin, et aurait le don de se transformer (notamment en humain), et serait très intelligent/malin mais un peu méchant. Les tanuki également seraient divins, mais inscouciants et joyeux.

     

    Les « sacrés » pour les Japonais :

    • Grands arbres : si on doit couper un grand arbre millénaire il y aura un prêtre pour faire une prière.

    • Grands rochers

    • Animaux : surtout les animaux exceptionnels en taille ou en couleur (blancs).

    • Montagne : avec une forme spécifique, en cône comme les volcans.

    • Soleil : surtout le soleil levant.

    • Cascade

    → En gros, ce sont des éléments de la nature qui dépassent l'homme.

    • Quelques personnes exceptionnelles aussi peuvent être considérées divines, des personnes qui ont marqué l'histoire par exemple.



    * Le monde des êtres vivants et le monde des morts.

    La nuit est le monde des esprits, un moment sacré. Le jour est le monde des vivants.

    Les moments de croisement entre les vivants et les morts = sacrés

    L'importance du soleil levant = symbolise « le retour » (cf l'idée de « circulation »)

    Photo de la préfecture de Mie : 二見浦 (ふたみうら):

    二見浦 (ふたみうら)

     

    * La croyance animiste

    • Les croyances polythéistes et animistes sont plutôt fréquentes dans le monde.

    En Chine, ils avaient des croyances animistes, dont on peut trouver des traces dans certains kanjis. Ex : Le phoenix : 鳳凰 [ほうおう]; Le vent : [かぜ]

    • Les croyances animistes = polythéistes car on voit des esprits dans beaucoup de choses.

    • L'esprit se met facilement dans diverses choses.

    • Les kami « descendent » dans des endroits purifiés

    • Les esprits demeurent dans des mots, des objets, etc.

      言霊 [ことだま]

      Par exemple lors d'un discours de mariage il y a des mots à éviter comme « séparer », « casser » ou « revenir en arrière » qui porteraient malheur.

      Autre exemple avec le riz : on dit aux enfants que s'ils laissent des grains de riz au fond du bol, les kamis qui sont dedans vont pleurer.

      踏み絵 [ふみえ], on se sent incapable de déchirer une feuille qui aurait le nom d'un membre de la famille dessus.

      名刺 [めいし] la carte de visite : le savoir-vivre professionnel veut que lorsqu'on nous tend une carte, il ne faut pas mettre les doigts sur le nom de la personne.

      プレゼント : on ne déchire pas le papier cadeau comme un sauvage.

      → Quelques expressions : ”心をこめたおくりもの”le cadeau avec du cœur dedans

      魂(たまし)の入った仕事”le travail avec de l'esprit

      一球入魂(いっきゅうにゅうこん)”mettre le tamashii dans chaque balle (baseball)

     

    * Totoro

    • Quelque chose de vieux a plus de chance d'être sacré : par exemple dans Totoro les enfants voient des noiraudes (makurokurosuke), des esprits dans la vieille maison abandonnée, ce qu'on a peu de chance de trouver dans une maison neuve.

    • Dans la forêt il y a le temple qui lui est dédié, et le centre de ce lieu sacré est un très grand arbre millénaire.

    • Mei est celle qui rencontre Totoro en premier. C'est le gardien de la forêt, qu'on ne peut pas voir n'importe quand, les enfants sont privilégiés pour voir les esprits. Ce sont les enfants surtout qui voient ont accès au sacré : Mei voit plus de choses que sa grande sœur.

    • Totoro, comme les esprits traditionnels de la culture japonaise, n'a pas vraiment de comportement logique, on ne sait pas ce qu'il compte faire. Ce n'est pas quelque chose de rationnel, et ça n'est pas forcément bienveillant. « Kami » c'est une présence qui dépasse l'homme, ce n'est pas forcément toujours calme et gentil, et des kami calmes peuvent se mettre en colère (la mer par exemple), par l'erreur de l'homme, ou tout simplement par mauvaise humeur (comme Roland). たたる = le kami se met en colère.

     

               2 Le culte des ancêtres et l'« ano yo » (le monde là-bas, l'au-delà).

    Nous vivons à « kono yo », le monde des vivants.

    Quelques chercheurs en folklore : Yanagita Kunio, Orikuchi Shinobu, Minakata Kumagusu.

    Les deux premiers ont surtout travaillé sur les légendes et les contes, et à partir de ces contes ils ont reconstitué la vision du monde des japonais. Le troisième a travaillé notamment sur le système écologique des forêts.

    • Vision des japonais sur « ano-yo »

    あの世ano yo vs この世kono yo

    - Ressembe à この世 mais à l'envers (tout ce qui est en haut sera en bas, les riches seront pauvres, la gauche à droite, la nuit quand c'est le jour chez nous).

    - L'esprit part à « ano yo » en laissant son corps dans « kono yo ». Il y part pour revenir (réincarnation).

     Exemple : o-tsuya お通夜 = veille de funérailles
    La veille des funérailles, célébrée actuellement selon les rites bouddiques.
    De 18h au lendemain matin.
    - dokyô (prière par un bonze) → shôkô (offrande de l'encense) → tsuya-burumai (repas) → yotogi (la famille et les proches veillent à ce que l'encens brûle toute la nuit).
    = cela correspond aux funérailles d'autrefois, qui commençait le soir pour que l'esprit du défunt parte le soir mais arrive le matin là-bas, pour qu'il ai toute la journée pour trouver sa famille. Quand on habille un défunt, on met le kimono « à l'envers » pour que ça reviennent à l'endroit dans l'ano-yo. Dans certaines régions, on casse le bol à riz du défunt avant de le mettre dans son cercueil parce que ce qui est cassé ici sera entier là-bas.

    Le lendemain, le défunt est dans une salle où les proches peuvent lui dire au revoir et apportent des fleurs avec leurs noms. Tout le monde est habillé en noir et blanc, la cravate noire pour les hommes est presque exclusivement réservée pour les funérailles.

     

    - Les morts avant étaient souvent enterrés aux bords des chemins menant aux villages, pour que les ancêtres guident les voyageurs. Cela a donné le kanji de , la tête avec le chemin. Les bébés étaient enterrés à un carrefour ou à l'entrée d'une maison, car ce sont des endroits où les gens passent souvent, et si une femme enjambe l'entrée de la maison, le bébé pourrait revenir dans le monde.

     

    - Une journée ici équivaut à 7 ans là-bas.

     

     

    • Pas de paradis « 極楽(ごくらく) » ni d'enfer « 地獄(じごく) », pas de jugement

    - Motif d' « esprit errants » dans le théâtre nô. Ce sont des esprits malheureux ou en colère qui les empêche de partir. C'est pourquoi le médium/médiateur (prêtre, chaman) est important pour aider l'esprit à partir.

    - On retrouve le schéma de l'esprit malheureux qui fait des dégâts est quelque chose de traditionnel est très ancien, sur lequel est basé la plupart des histoires de fantômes et des films de « J-Horreur ».

    • Circulation éternelle de toute chose

    - Une âme va partir là-bas et revenir dans ce monde le temps d'une vie, et repart là-bas pour revenir encore : cette circulation éternelle assure ce monde.
    Ex : la fête de iomante. Cela constitait à calmer l'esprit de l'ours (kami) qu'on allait manger, et le remercier de donner sa vie pour que les hommes vivent. On préparait un hibou et des oiseaux (factices) pour l'accompagner dans l'au-delà.

    - Si on avait un mauvais comportement, on mettra plus longtemps à revenir dans le monde. Les esprits vous renvoie dans le monde selon votre mérite.

     

    • « Retours » courts et longs

     - Retour court : fête de « bon » (お盆) vers le 15 juillet ou le 15 août.

    Les esprits rendent visite à la famille chaque année. Le premier jour de cette période on va chercher les esprits : on fait brûler une sorte de paille devant la maison (迎え火Mukaebi (feu de bienvenue)), et on allume une bougie avec laquelle on allume une lanterne pour aller chercher les esprits jusqu'au cimetière ou au premier pont de la rue. On revient ensuite à la maison et avec la bougie de la lanterne on allume celles de l'autel bouddiste. Dans les jours suivants on leur fait des offrandes. Au dernier jour,on fait le feu de raccompagnement (送り火Okuribi) et on fait le même rite que pour l'aller.
    « Véhicules » des esprits des ancêtres : le cheval en concombre, la vache en aubergine.

    - Retour long : la réincarnation (生まれ変わりumarekawari).

    • Cette idée de réincarnation existe depuis très longtemps :

      2.  Croyances pré-historiques chez les Japonais Dogû (période Jômon) figurine de femme enceinte. On pouvait retrouver des cicatrices sur les ventres de femmes enceintes, car si elles mouraient enceintes on faisait sortir le bébé pour empêcher que son esprits ne reste enfermé.








        Kamekan cercueil de la période Yayoi. On trouve souvent des membres abîmés (bras ou jambe cassés) post-mortem pour faire comprendre à l'esprit qu'il ne pouvait plus revenir dans ce corps. Kamekan

     

     

     

     

     

     

     

    La circulation éternelle est assurée par un mouvement permanent.

     無常観 (mujoukan) en bouddhisme : rien, permanent, vision. Il ne sert à rien de s'attacher à quelque chose dans le monde car rien n'est permanent.

     

              3 Influences des croyances préhistoriques dans les relgions : ritualisation et institutionnalisation de ces croyances préhistoriques plus tard surtout dans le Shintoïsme, mais aussi en Bouddhisme.

    Quelques exemples de rites actuels

    a) Protection

    • Fête de 新嘗祭niinamesai pour remercier la bonne récolte aux kami, au mois de novembre.

    • Pour faire tombel la pluie.

     

    b) Calmer les esprits malheureux / en colère

    Il y a des fêtes pour calmer les esprits :

    • go-ryô-e (Kyôto) 御陵絵

    • Dazaifu 大宰府, SUGAWARA no Michizane菅原道真. C'était un homme mais il a été divinisé : il était très brillant en études et a eu un impact politique. Il s'est fait exilé par un rival politique dans un endroit assez barbare, et a fini sa vie dans la tristesse et la haine. Quand il y eu ce qu'on pensait être des manifestations de colère de l'esprit de cet homme, on lui a érigé un temple. Il est le plus connu des hommes divinisé car il est le kami de la réussite scolaire.

      Pour être déifié au Japon il faut que la personne soit extraordinaire (intellectuellement ou physiquement), et qu'elle ai une mort tragique.

    • 擬音語量絵(ぎおんごりょうえ): Fête qui se pratique à Kyôto dont l'origine remonte à l'époque Heian pour calmer les esprits (à cause de beaucoup de catastrophes naturelles).

     

    Les esprits sont omniprésents : la notion de « territoire sacré »

    • La Purification (清め(きよめ, se laver)、祓い(はらい, chasserest extrêmement importante. On se purifie par le sel, le sake, le feu, la plante sakaki (),...

      Ex : Dohyô-iri 土俵入り, rituel des sumô (entourés de shimenawa) à leur entrée après avoir jetté sur sel pour purifier.

      Dôhyo iri

       

      Ex : Quand on est invité aux funérailles, on nous donne un petit omiyage quand on repart, où il aura toujours un sachet de sel pour pouvoir se purifier avant de rentrer à la maison.

        Ex : Jichin-sai 地鎮祭, c'est une prière qu'on fait avant la construction pour que celle-ci se passe sans problème, c'est une demande d'autorisation au kami qui pourrait être sur le terrain.

      Jichinsai



      Ex : Ochôzu お手水, point d'eau qui se trouve devant un temple où on peut se purifier.

      Ochôzu

       

     

    Récapitulatif : les croyances pré-historiques des Japonais

    1. Culte de la Nature 事前信仰(じぜんしんこう), l'animismeアニミズム,

    2. Culte de l'ancêtre 祖先信仰(そせんしんこう)

    3. Idée de « circulation » 循環(じゅんかん), « va-et-vient » de tout être - « réincarnation » 生まれ変わり(うまれかわり)

    4. Importance des rites pour « consoler/calmer » les esprits malheureux ou en colère

    5. Indulgence 寛容さ : importance de rites de purification « kiyome »清め, « harai »祓い

    6. Centré sur « ce monde » この世 : chercher des bénéfices immédiats 現世利益(げんせ・りやく).

    ~

    « L2 S3 Civilisation Japonaise - Chapitre Introductif.pdf »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :